ecrin2moncoeur2.blog4ever.com

http://www.ECRIN2MONCOEUR.blog4ever.com

L'histoire de Tigyne



L'HISTOIRE DE TIGYNE

 

Tigyne appartenait à la tribu Wallamo de l’intérieur de l’Ethiopie. Au cours des années précédant la Deuxième Guerre Mondiale, des missionnaires sont venus apporter le message de Christ à cette tribu adoratrice de Satan. Tigyne fut l’un des convertis de la première heure. Raymond Davis était le missionnaire qui l’a connu et l’a libéré.
Tigyne était un esclave. Sa décision de suivre Jésus déplut à son maître qui interdit à Tigyne d’assister aux cours bibliques ou d’adorer. Il le battait et l’humiliait fréquemment pour sa foi. Mais c’était un prix que ce jeune chrétien était prêt à payer.

Il y avait un autre prix, cependant, qu’il ne pouvait pas payer. Il ne pouvait acheter sa liberté. Pour seulement douze dollars, son maître était prêt à le libérer, mais pour cet esclave qui ne savait pas ce que c’était d’avoir un salaire, c’aurait pu tout aussi bien être un million.
Quand les missionnaires apprirent que sa liberté pouvait s’acheter, ils se sont consultés, ont mis de l’argent en commun et acheté sa liberté.

Maintenant, Tigyne était libre—à la fois spirituellement et physiquement. Il ne s’est jamais départi de sa reconnaissance envers les hommes qui l’avaient racheté.

Peu de temps après le jour de sa libération, les missionnaires furent chassés d’Ethiopie. Vingt-quatre années passèrent avant que Raymond Davis pût revenir à Wallamo. Au cours de ce quart de siècle, Tigyne est demeuré un témoignage vivant de la puissance de la liberté. Il désirait ardemment revoir Davis.

Quand il apprit que son ami revenait, il est allé à la mission plusieurs jours de suite pour l’attendre. Les dates sur le calendrier et le temps n’avaient aucune signification pour Tigyne. Il venait donc chaque jour à la recherche de Davis.
Enfin, Davis arriva, monté à bord d’une voiture conduite par un frère missionnaire.

Quand Tigyne vit le véhicule apparaître derrière le tournant, il courut à la vitre et prit la main de Davis, et se mit à la baiser encore et encore. Le conducteur ralentit pour permettre à Tigyne de courir à côté. Tout en courant, il criait à ses amis : “Regardez ! Regardez ! Celui qui m’a racheté est de retour !”
La voiture s’arrêta enfin. Davis sortit et Tigyne se jeta à genoux, mit ses bras autour des jambes de son ami, et commença à baiser ses chaussures couvertes de poussière. Davis se baissa et le redressa complètement et ils se tinrent enlacés et pleuraient.

Je prie que tu n’oublies jamais ta marche ni la sienne : la dernière marche de Jésus de Jéricho à Jérusalem. Car c’est cette marche-là qui t’a promis la liberté.
Sa dernière marche dans le Temple de Jérusalem. Car c’est par cette marche qu’il a dénoncé la religion stérile.
Sa dernière marche au Mont des Oliviers. Car c’est là qu’il a promis de revenir et de te ramener à la maison.
Et sa dernière marche du palais de Pilate à la croix de Golgotha. Ses pieds nus, ensanglantés traînant sur le sentier étroit et pierreux. Mais aussi vive que la douleur du madrier qui lui scie le dos mis à vif est sa vision de toi et lui marchant ensemble.
Il voyait l’heure où il entrerait dans ta vie, dans ta case sombre pour te sortir de ton sommeil et te guider vers la liberté.
Mais la marche n’est pas finie. Le voyage n’est pas terminé. Il reste encore une marche à faire.
“Je reviendrai”,
a-t-il promis. Et pour le prouver, il a déchiré le voile du Temple et brisé les portes de la mort.
Il reviendra.
Comme le missionnaire, il reviendra chercher ses disciples. Et nous, comme Tigyne, nous ne pourrons pas retenir notre joie.

“Celui qui nous a rachetés est de retour !”, crierons-nous.
Et le voyage prendra fin et nous prendrons place à son banquet … pour l’éternité.
J’espère te voir à la table.

 

 

Max Lucado (Le silence des anges, pages 190-191)






05/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres