ecrin2moncoeur2.blog4ever.com

http://www.ECRIN2MONCOEUR.blog4ever.com

Femmes dans l'ombre (Danièle Roger)



Femmes dans l'ombre

 

A toutes celles qui sont dans l'ombre ...

Combien de vies portent des fardeaux écrasants, et personne n'est là pour les secourir! Combien de chrétiens le seraient, au vrai sens du mot si, au lieu de se complaire dans leurs activités religieuses, ils savaient partager les fardeaux de ceux qui sont fatigués et chargés. Au lieu d'étaler leur propre piété, qui est souvent sans valeur divine véritable, ils pourraient aider d'une façon discrète et cachée leurs frères et sœurs dans la foi, et porter avec eux tout ce qui les charge.
Nous avons fêté, il y a peu de jours, la fête des mamans. C'est une bonne chose, car nous devons honorer nos mamans, celles qui nous ont donné la vie.

Je voudrais, aujourd'hui, parler des servantes du Seigneur qui travaillent dans l'ombre, celles que l'on remarque à peine, mais qui sont précieuses aux yeux du Seigneur.

Souviens toi d'Anne, qui pleurait en silence, car elle n'avait pas d'enfant. Elle était l'objet des moqueries de Penina, qui se targuait d'être féconde, elle. Le Seigneur entendit sa plainte, et elle enfanta Samuel qu'elle lui consacra. Elle eut ensuite quatre autres enfants.
Esther, c'est vrai, devint une reine belle et merveilleuse. Elle était en fait une petite juive déportée, et parce qu'elle appartenait à son Dieu, elle fut trouvée fidèle. Elle risqua la mort pour sauver son peuple qui était condamné à une mort certaine.
Rahab, la prostituée, fut utilisée par le Seigneur pour cacher ses espions. Les gens bien pensants de l'époque auraient pu être scandalisés. Quelle horreur, Dieu se sert d'une prostituée.
La petite servante juive qui témoigna à Naaman, son maître, qui était lépreux : « Dans mon pays, il y a un prophète qui peut prier pour toi, et te guérir par la grâce de Dieu ». Elle fut le petit instrument utilisé par le Seigneur pour toucher cet homme, par ailleurs si puissant.
Notre bien aimée Marie, la maman de Jésus, fut choisie. Dès les noces de Cana, elle dira « Faites tout ce qu'il vous dira ». Quelle chose étrange de voir la place qu'on a voulu lui attribuer jusqu'à ce jour. Elle eut le cœur brisé lorsque son fils fut cloué sur la croix. Quelle maman admirable fut-elle. Puis à la pentecôte, lorsque le Saint Esprit fut répandu sur les disciples, elle était là. Par la suite, on n'entend plus parler d'elle. Et pourtant, cette jeune fille accepta ce qui était inacceptable dans la société juive de l'époque. Malgré tout, elle fut choisie pour que le plan salvateur du Seigneur puisse se réaliser. Quelle grâce, et quelle humilité.
Que penser de Marie-Madeleine qui répandit tout son parfum sur les pieds de Jésus, la valeur d'un an de son travail. Jésus fut touché par ce geste, qui nous est rapporté par l'évangile. Quelle reconnaissance de la part du Seigneur.
Que dire aussi de Priscilla, qui servait le Seigneur avec son mari Aquila. Une femme discrète, fidèle, et qui fut une grande source de réconfort pour l'apôtre Paul. Il était heureux de retrouver ce couple, avec lequel il lui est arrivé de travailler pour réparer des tentes, lui qui savait dire : « Afin que je n'ai pas tristesse sur tristesse ».
Et que dire de toutes ces femmes qui ont été des femmes de prière fidèles. Monique pour la conversion de son fils dévoyé, qui devint Saint Augustin à l'âge de trente ans, complètement transformé par le Seigneur..
Madame Charles Spurgeon, écrivait des portions des prédications prononcées par son mari, pour des pasteurs qui étaient trop pauvres pour pouvoir acheter de la littérature chrétienne.
Dans les années soixante, Madame Douglas Scott pria, après la mort de son mari, pour tous les serviteurs de Dieu, et l'on ressent encore aujourd'hui les conséquences de telles prières pour notre pays de France.
Je pense aussi à cette grand-mère qui a prié pour son petit fils dont les parents n'étaient pas chrétiens. Il est aujourd'hui un des responsables des Assemblées de Dieu de France. Le Seigneur a exaucé ses prières.
Peut-être penses-tu, chère sœur, qui tu es insignifiante, que ton travail pour le Seigneur est trop petit pour être remarqué. Peu importe, l'essentiel, c'est que Lui, le Seigneur, apprécie ce que tu fais dans l'ombre pour sa gloire. Un jour, il te dira : « Bonne et fidèle servante, rentre dans la joie de ton maître ».

Tu restes peut-être dans l'ombre, mais continues à être la femme, utilisée par le Seigneur, une femme qui prie, qui intercède.
Souviens-toi aussi que tes prières pour ton mari, tes enfants, ta famille, tes frères et sœurs en la foi, ont un grand impact dans leur vies.
Je veux terminer avec un extrait d'une prédication de Sarah Catarino, présidente d'Aglow Portugal. Elle dit : « L'important est ce que tu es, pas ce que tu fais ». Médite cela, et continue ton chemin, avec l'aide de ton merveilleux sauveur.

Je veux aussi remercier toutes les sœurs qui ont pris soin de moi lorsque j'étais dans la peine, la détresse, et qui m'ont portée dans la prière, ainsi que mon époux. Elles ont été dans l'ombre bien souvent, mais quelle preuve d'amour ont-elles manifestée. Mon Seigneur l'a vu, et a été ému de ce qu'elles ont fait, dans l'ombre.

 

Danièle Roger

(Source : TopChrétien)








31/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres