ecrin2moncoeur2.blog4ever.com

http://www.ECRIN2MONCOEUR.blog4ever.com

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Après la floraison, la taille... (Elisabeth Dugas)






Aïe !Aïe !Aïe !

Après la floraison, la TAILLE ...

 

J'ai à peine fini d'admirer nos éblouissants forsythias qu'il faut me décider à les tailler.
Les premières années je n'osais pas trop, j'avais peut-être peur de leur faire du mal, surtout après qu'ils nous aient autant régalés de leur splendeur ensoleillée. Cependant j'ai constaté plusieurs choses intéressantes, que les bons jardiniers savent depuis toujours, mais nous avons toutes et tous besoin d'apprendre par nous-mêmes, n'est ce pas !


Plus je vais tailler un arbuste à fleurs et plus il sera beau le printemps suivant.


Quand nous sommes arrivés dans notre beau Limousin, nous avons eu du mal à trouver un logement. Nous avons fini par nous décider pour une maison qui ne correspondait pas tout à fait à nos désirs, mais bien à nos besoins, d'autant plus que nous devions tenir compte de la rentrée scolaire de nos enfants et donc savoir très vite où les inscrire.

Je vous passe les nombreux détails mais une chose m'a spécialement déplu. Depuis très longtemps je détestais les hortensias, ces énormes fleurs aux couleurs si déplaisantes à mes yeux. En plus en Limousin ils sont « bleu charrette », vous les apercevez de très loin ! Les gens de passage les trouvent magnifiques et se désespèrent de ne pas pouvoir obtenir cette couleur due au sous-sol granitique et donc à l'acidité du sol. Inutile de vous dire que je ne partage pas leur enthousiasme. Alors au risque de paraître désagréable, j'ai arraché quatre énormes hortensias pour les remplacer par d'autres plantations. Il en reste encore trois rassurez-vous !

Et la première année pour leur signifier clairement mon opinion à leur sujet, je les ai taillés court avec beaucoup de plaisir. Je ne m'attendais pas au résultat : en fait ils ont fait une quantité industrielle de fleurs bleues énormes dont les gens, très admiratifs, me félicitaient. Je ne pouvais même pas leur dire que je n'y étais pour rien, car c'était justement à cause de ma taille sévère ! Comme disent nos ados : j'étais bluffée ! On aurait pu appeler notre maison « La villa des hortensias bleus » ! Au fil des années j'ai appris à vivre avec ceux que j'avais épargnés et finalement presque à les aimer.

Une autre année mon mari a taillé, par nécessité, un forsythia au raz du sol et j'ai eu la surprise de le voir repousser l'année suivante avec des branches très souples et très élégantes, juste magnifiques. En fait c'est ce que font tous les jardiniers municipaux dans les grandes villes !


Ce que j'ai appris avec la taille des arbuste à fleurs :
c'est qu'elle est leur est vraiment nécessaire.


Quel rapport avec nos vies ? Très facile à voir en fait. La bible nous parle un nombre incalculable de fois de de la vigne. Une des caractéristiques d'un pied de vigne c'est qu'il faut sans arrêt le tailler et le retailler, pour qu'il porte du bon fruit.

C'est la même chose dans nos vies avec Dieu. Un jour, à notre conversion, nous lui avons dit : Seigneur je te donne ma vie, fais en moi ce que tu veux. MAIS au premier petit coup de sécateur nous crions et nous nous rebellons : Seigneur tu ME fais mal ! Je ne comprends pas, tu n'as pas vu MES belles fleurs, MES beaux fruits ? Etc Etc...

Nous voulons plaire au Seigneur MAIS, et il y a souvent des « mais » : de préférence à notre manière, à notre rythme, suivant nos possibilités... En clair nous n'aimons pas trop qu'il mette le doigt sur quelque chose que nous devons abandonner, certaine manière de vivre, de penser, et nous avons du mal à accepter son « émondage », ses émondages en fait car ils sont nombreux.

Alors faites comme moi rappelez-vous des hortensias et des forsythias, et dîtes-vous que le Seigneur notre créateur est le meilleur des jardiniers, et s'il vient vers nous avec son sécateur, ce n'est pas d'abord pour nous faire du mal mais pour nous préparer pour un avenir plus florissant, plus fructueux, pour sa gloire.


Seigneur j'ai la tête dure, je suis lente à comprendre
et à accepter ton travail de sanctification dans ma vie.
Je viens aujourd'hui t'en demander pardon
et me réjouir des bonnes œuvres dans lesquelles tu veux me faire entrer
si je te laisse joyeusement la pleine liberté pour agir dans ma vie.


Jean 15:2 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche;et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruit.


Et j'oubliais le bonus :

Après la taille vous aurez une multitude de branches de toutes longueurs, vous pouvez alors en piquer un certain nombre par tronçons de 30 à 40 cms, un peu n'importe où, (mais évitez quand même les lieux de passage de la tondeuse ou de la débroussailleuse !) et vous aurez l'agréable surprise dans quelques mois, de voir plusieurs de vos boutures prises sans autre effort de votre part. Vous serez alors très fières de les replanter ailleurs dans votre jardin et surtout d'en offrir aux amies et connaissances, avec la mention « Ce n'est pas très difficile en fait de faire des boutures ! »

 


Elisabeth Dugas

(Source : TopChrétien)






15/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres